Une négociation ardue démarrera le 9 novembre

Publié le par angeline351

Une négociation ardue démarrera le 9 novembre

Les interlocuteurs sociaux ont fixé huit réunions jusqu’au 15 janvier pour renégocier la convention Unédic, à la demande de l’exécutif. FO, qui entre en discussions sur la base de ses revendications, s’opposera à toute dégradation des droits des chômeurs.

C’est sur fond d’augmentation du chômage, avec une hausse de 0,5 % des demandeurs d’emploi sans aucune activité au troisième trimestre 2018, que la négociation Unédic souhaitée par Emmanuel Macron va démarrer. Les organisations syndicales et patronales, réunies le 24 octobre au siège de l’Unédic, ont programmé huit séances, du 9 novembre au 15 janvier.

Six thèmes de discussion ont été fixés pour cette négociation qui s’annonce très compliquée. Au menu notamment, la mise en place d’un bonus-malus sur les contrats courts, revendiqué depuis des années par FO et auquel s’oppose le patronat. C’est le sujet le plus polémique de la négociation, mais tous les sujets sont polémiques, explique Michel Beaugas, secrétaire confédéral chargé de l’emploi. Devront également être abordées les conditions d’entrée dans le régime, les règles d’indemnisation, ou encore les intermittents du spectacle…

Des marges de manœuvre réduites
Dans sa lettre de cadrage du 25 septembre, le gouvernement imposait aux négociateurs de 3 à 3,9 milliards d’euros d’économies sur trois ans. Le CCN de Force Ouvrière du 27 septembre avait qualifié d’inacceptable le principe même de cette lettre. Il avait donné mandat au Bureau confédéral pour rentrer en négociation mais sur la base des revendications portées par FO, selon un cadre fixé entre les interlocuteurs sociaux.

Nous, on négocie pour préserver les droits des salariés et des demandeurs d’emploi, poursuit Michel Beaugas. Un risque est qu’on ne réponde pas à l’attente du gouvernement et que l’État reprenne la main. Ça pourrait être la dernière négociation Unédic, sauf si on réussit à aller au bout. Les marges de manœuvre sont très réduites.

CLARISSE JOSSELIN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article