New Yorker s'apprête à passer la barre des 40 unités en France

Publié le par angeline351

New Yorker s'apprête à passer la barre des 40 unités en France

Entrée en France en 2007, New Yorker a construit sa présence tricolore pas à pas, et a récemment passé la vitesse supérieure, alors que plusieurs chaînes de fast-fashion étrangères réduisent elles la voilure ou sont en difficulté en France, comme New Look et Forever 21. L’enseigne de mode jeune née en Allemagne a l’objectif d’atteindre un parc d’une quarantaine d’unités d’ici la fin de l’année 2018.

Dans les semaines à venir, New Yorker, qui compte à ce jour 37 magasins dans l’Hexagone, va inaugurer coup sur coup un point de vente à Brest, puis à Roissy.
Le Mans est aussi sur la liste, avec un magasin de 1 100 mètres carrés qui sera implanté avenue Georges Durand (galerie Carrefour), de même que Saint-Jean-de-la-Ruelle, une commune située dans la périphérie d’Orléans (galerie marchande Auchan). Des unités toutes opérées en direct.

Depuis le début de l’année, trois nouveaux magasins ont déjà ouvert leurs portes. Au printemps, l'enseigne allemande s'est installée dans le centre commercial B’Est de Farébersviller et à Montivilliers (près du Havre), dans le centre commercial La Lézarde. Le 10 octobre dernier, c’est dans le nouveau pôle commercial de Basse-Goulaine, dans la banlieue de Nantes, que New Yorker a pris ses quartiers.

Si l’on se réfère aux données de Société.com, les ventes générées par la filiale française de l’enseigne - basée à Schiltigheim -, ont atteint 63,5 millions d’euros en 2017, soit une progression de 36,4 % par rapport à 2016. Avec cette série d’ouvertures, l’année 2018 devrait elle aussi montrer une augmentation notable des revenus, tandis que pour 2019, la société nous annonce « plus d'ouvertures encore. Le marché français est très important pour nous car les Français ont un sens aigu de la mode ».

Née en 1971 avec l’ouverture d'un premier point de vente à Flensbourg, en Basse Saxe, d’un magasin centré sur le jean, la chaîne qui vise clairement les jeunes hommes et femmes de 15 à 25 ans s’appuie sur plusieurs marques propres, incarnant chacune un style : Amisu pour la femme urbaine et féminine, FSBN, label mixte très streetwear, Smog, une mode masculine plus habillée, Athletics côté sport et Censored pour la lingerie. Le tout affiché à des prix oscillant entre 9 et 25 euros pour un pantalon, et de 15 à 35 euros pour une robe.

Il n’y a pas évidemment pas qu’en France que New Yorker a tissé sa toile hors d’Allemagne puisqu’elle affiche un réseau de plus d’un millier de magasins dans 40 pays, répartis en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. Près de 18 000 personnes travaillent pour l’enseigne, qui ne divulgue pas son chiffre d’affaires global.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article