FO : “ Les hommes passent mais le syndicat est solide ”

Publié le par angeline351

FO : “ Les hommes passent mais le syndicat est solide ”

Alors que le sort du secrétaire général pourrait être scellé aujourd’hui à Paris, le syndicat a tenu meeting hier à Niort. Rassurant et en campagne.

Avec son franc-parler, Jocelyne Baussant n’a pas éludé la question ni tourné autour du pot. « Vous savez, les hommes passent. Mais les orientations sont fixées par le congrès et les décisions sont prises par les instances… » Autrement dit, les syndicats demeurent, quel que soit le « patron ». La secrétaire générale de l’Union départementale FO en Deux-Sèvres s’est ainsi exprimée, hier soir à Niort, avant la tenue d’un meeting FO. En pleine campagne pour les élections professionnelles dans la fonction publique (le 6 décembre), le syndicat se serait bien passé de la crise qu’il traverse à sa tête.
“ C’est choquant ”
Le sort du secrétaire général de Force ouvrière, Pascal Pavageau, élu en avril, pourrait bien se jouer ce mercredi à Paris. Remis en question depuis la révélation par le Canard Enchaîné de l’existence de fichiers avec des informations personnelles sur les principaux cadres du syndicat, il y a tout juste une semaine, celui-ci se montre particulièrement discret depuis. « Depuis lundi, c’est le silence total », indiquait hier soir Christian Grolier, le secrétaire général de la fédération des fonctionnaires, invité au meeting. Lui aussi a eu droit à sa fiche, tout comme la représentante deux-sévrienne de FO. L’un comme l’autre refusent d’en dévoiler le contenu mais s’accordent pour dire que « c’est choquant ». Christian Grolier comme Jocelyne Baussant font partie des 35 membres de la commission exécutive qui se réunit bien ce mercredi à Paris, en dépit de l’annulation de la réunion voulue par le « patron » de FO. Instance qui peut convoquer le comité confédéral national qui, lui-même, pourrait révoquer le secrétaire général. Mais aucun des deux n’avait envie de dévoiler ses positions et il était trop tôt pour connaître la décision qui « résultera d’un débat démocratique » a martelé la secrétaire de l’UD sans cacher qu’il risquait d’«être animé ». D’autant que la une du journal satirique à paraître ce mercredi promettait encore un nouvel « épisode », annonçant « la liquidation de la Maison Pavageau »…
Reste que « tous ceux qui pensent que l’organisation va être liquidée seront déçus ! », a martelé Jocelyne Baussant, rappelant que « l’organisation a déjà vécu des perturbations et qu’elle n’a jamais été déstabilisée pour autant ». Le syndicat doit-il cependant redouter une sanction dans les urnes en réaction à ces turpitudes ? Christian Grolier ne le croit pas. « Ce qui compte, c’est le travail de fond, de terrain, effectué pendant quatre ans par les représentants FO qui ont porté les revendications… » Et les revendications, elles ne manquent pas comme les représentants du syndicat invités hier ont pu le constater. Christian Grolier mais aussi Dominique Régnier, secrétaire fédéral dans la branche territoriale des services publics et santé, ou encore Luc Delrue, secrétaire fédéral de la branche santé. Dans des Ehpad à Lezay ou Chizé ou encore à l’assemblée générale des grévistes à l’hôpital de Niort, tous ont pu constater la souffrance au travail.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article