La dignité des Grecs

Publié le par angeline351

La dignité des Grecs
L'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin. Alexis Tsipras a tenu ferme sur des exigences qui constituaient autant de lignes rouges à ne pas dépasser, comme le refus d’augmenter la TVA sur les produits de première nécessité ou de l’énergie, un souhait du FMI. Le bras de fer se poursuit. Le dossier des retraites, par exemple, reste explosif, à l’intérieur même de la coalition Syriza.

N’écoutez pas les eurocrates, ils n’ont à la bouche que les mots « renoncements » et « concessions », ce qui masque mal leur volonté d’humiliation et de régression sociale. À les entendre s’époumoner, Alexis Tsipras aurait donc « plié » face aux usuriers qui saignent la Grèce depuis des années, au point de laisser cette fois la « porte ouverte » à un accord. Si le premier ministre grec a en effet formulé des propositions concrètes – qui devront être acceptées par son Parlement –, n’importe quel observateur sérieux doit reconnaître que le ton de ceux qui veulent mettre à genou le peuple hellène vient de changer. Une brèche vient-elle de s’ouvrir ? Alors que depuis cinq mois les institutions européennes, au mépris de toute logique, refusaient de négocier vraiment avec le gouvernement grec élu démocratiquement, essayant de le faire capituler et de le contraindre à renoncer à son programme, Alexis Tsipras a tenu ferme sur des exigences qui constituaient autant de lignes rouges à ne pas dépasser, comme le refus d’augmenter la TVA sur les produits de première nécessité ou de l’énergie, un souhait du FMI. Le bras de fer se poursuit. Le dossier des retraites, par exemple, reste explosif, à l’intérieur même de la coalition Syriza. Sans parler de la question de la dette elle-même, dont chacun sait qu’elle ne saurait être honorée en l’état.

Le peuple grec tient bon. L’heure est grave. Car cette bataille courageuse et historique au sein de l’UE peut permettre de renverser la logique délétère de l’austérité pour l’austérité, qui fonctionne toujours au détriment des plus faibles, toujours au profit des financiers. Nous savons que, dans leur rage de destruction des droits, rien n’arrête ces puissants-là. Une preuve supplémentaire ? Pendant que les Grecs jouent leur dignité, cinq présidents des institutions européennes viennent de divulguer un rapport hallucinant afin d’accélérer « l’intégration de la zone euro ». Ces messieurs proposent dans chaque pays la création d’« autorités indépendantes de la compétitivité ». Des sortes de Cours suprêmes composées d’eurocrates disposant du droit de vie et de mort sur les budgets nationaux, sur les finances publiques… Conclusion : la résistance citoyenne ne fait que commencer.

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article